Pour une Europe de luttes et de solidarité

Le 1er mai, la Journée Internationale des travailleurs/euses, n’est pas seulement un jour pour se souvenir des accomplissements du mouvement ouvrier du siècle dernier. Plus de 130 après la révolte ouvrière à Chicago, l’application des droits du travail et la justice sociale restent au cœur de notre bataille et sont des préoccupations contemporaines et urgentes. Les Traités européens adulent le marché, l’austérité et les politiques néolibérales démantèlent les conquêtes des travailleurs/euses et tentent de réduire leurs victoires, en diminuant les salaires, en contribuant à la détérioration des conditions du travail, affaiblissant la négociation collective et limitant les droits syndicaux et des travailleurs/euses. Des réformes structurelles néolibérales du marché du travail imposent plus de flexibilité dans l’intérêt du patronat, moins de protection des travailleurs/euses et l’affaiblissement des syndicats. Les travailleurs/euses migrant(e)s et les réfugié(e)s subissent de façon aggravée les effets négatifs des politiques néolibérales du fait qu’elles/qu’ils sont désigné(e)s comme des boucs émissaires. Ce phénomène accroît le racisme et la xénophobie dans la société et aboutie à opposer la classe ouvrière entre elle. Nous, en tant que forces progressistes et écologistes de toute l’Europe, soutenons la lutte des travailleurs/euses et des syndicats contre les attaques néolibérales, puisque nous aspirons à un avenir meilleur pour tous les peuples du monde. Les travailleurs/euses et les peuples ont besoin d’une Europe qui abandonne la logique de maximisation des profits et qui place les gens au premier plan. Nous devons recommencer sur des bases différentes et construire une Europe où la solidarité l’emporte sur la concurrence, et où les droits sociaux fondamentaux l’emportent sur les libertés économiques. Il doit être mis fin au dumping social. Il faut des emplois de qualité et pas seulement des normes minimales. Les négociations sur la convention collective doivent être encouragées et renforcées afin d’augmenter les salaires et d’améliorer les conditions de travail et de vie. Construire une Europe fondamentalement différente exige que les politiques d’austérité et de renforcement des capacités militaires actuelles soient abandonnées et remplacées par une politique économique axée sur des investissements publics pour une croissance durable, une transition écologique et des emplois de qualité, ainsi que pour des politiques soutenant le droit des peuples dans tous les aspects de la vie quotidienne. Nous serons présents aux activités et manifestations du 1er mai 2018. Et nous invitons les représentants syndicaux à participer activement au prochain Forum Européen progressiste, qui aura lieu du 9 au 11 novembre 2018 en Espagne.

Pour de nouvelles conquêtes féministes en EUROPE

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, nous, organisations et personnalités du Forum européen de Marseille, nous engageons aux côtés des femmes qui ont, dans le monde entier, pris la parole contre la domination patriarcale et pour l’égalité.

La lame de fond féministe mondiale dont « Me too » ou « Time’sUp » sont les noms, mais aussi les luttes courageuses des femmes Polonaises, Espagnoles et Croates contre les gouvernements réactionnaires qui voulaient interdire ou réduire l’avortement, indiquent que nos sociétés sont prêtes à se battre pour défendre les droits des femmes, mais aussi pour arracher de nouvelles conquêtes.

La lutte pour l’égalité femme-homme est un combat émancipateur aussi fondamental que les questions sociales, démocratiques, pacifiques et écologiques. Elle doit être une priorité au sein de l’Union européenne et dans les rapports de l’Europe avec le monde. Cela implique une politique transversale qui prenne en compte tous les aspects de la vie, depuis l’égalité salariale jusqu’à la mise en place de services publics libérant du temps pour les femmes et se préoccupant mieux de leur santé. Cela implique la ratification et la mise en œuvre effective de la Convention d’Istanbul, ainsi que la protection des femmes migrantes qui, sous le régime d’inhospitalité actuel dans l’Union, sont en proie aux trafics et aux formes de violences et d’esclavagisme les plus arriérées.

Parce que cette politique volontariste exige la rupture avec l’austérité et la précarisation du travail, avec le militarisme et l’Europe forteresse, nous pensons que l’unité et les convergences des luttes de femmes sont fondamentales pour changer l’Europe.

Nous participerons activement aux initiatives du 8 mars 2018, et appelons, comme une continuité, les organisations féministes d’Europe à faire entendre leurs revendications et partager leur expérience lors du prochain forum européen progressiste qui se tiendra du 9 au 11 novembre prochains en Espagne.

jp-img

Vers un deuxième forum des forces de gauche, vertes et progressistes européennes

jp-img
Nous, représentant-e-s de diverses forces, nous nous sommes réuni-e-s à Marseille les 10 et 11 novembre 2017 pour discuter de sujets qui inquiètent des millions de personnes dans toute l’Europe. Le but était de se concentrer sur les alternatives progressistes aux politiques autoritaires, patriarcales et antisociales de nombreux pays européens et de l’Union Européenne, ainsi qu’à la diminution des droits des travailleurs et travailleuses. Nous défendons des politiques sociales et durables afin de prévenir la destruction totale de l’environnement et de défendre une Europe de paix.

Sur la base de nos discussions et du fort consensus qui a émergé, il est clair que le temps est venu de contribuer à la construction d’un espace permettant aux forces de gauche, vertes et progressistes de toute l’Europe de relever ensemble le défi d’élaborer une proposition stratégique pour développer un modèle alternatif d’intégration européenne ; un modèle qui soit horizontal, égalitaire, socialement avancé, en solidarité avec les personnes d’autres parties du monde, un modèle qui favorise u nouvel ordre international plus juste et qui soit capable de contrecarrer les tentatives actuelles de construire une Europe ultra libérale, autoritaire, manifestant une absence totale de solidarité et même de la xénophobie.

Cela requiert un fort consensus qui puisse empêcher l’avance des forces réactionnaires et fascistes.

Pour construire des alternatives concrètes, nous devons parler, nous engager dans un dialogue, mettre ensemble nos idées et nos projets afin de pouvoir atteindre les travailleurs et travailleuses que l’extrême droite essaie d’attirer, et de leur montrer qu’il y a de l’espoir, qu’il y a des forces diverses et plurielles de nature mais qui partagent toutes cependant des valeurs progressistes, féministes, écologistes et de gauche.

Nous développerons de nouvelles campagnes communes en prenant exemple sur les expériences réussies, telles les initiatives des mouvements sociaux s’opposant aux traités visant à déréguler l’économie comme le TTIP et le CETA, et les campagnes pour les droits des femmes et l’égalité de genre.

Il est nécessaire maintenant de faire un saut qualitatif, et ainsi nous croyons qu’il est temps de créer un espace permanent de convergence au niveau européen. Des alternatives aux Gouvernements conservateurs et néolibéraux sont nécessaires pour ouvrir une voie vers des majorités progressistes plus fortes.

Soyons clairs : l’idée est de créer un Forum pour le débat, la coopération et la coordination entre les différentes forces qui croient qu’il y a un urgent besoin immédiat de travailler vers des objectifs communs et de mener des campagnes publiques sur des sujets clés pour les Européens. A cet égard, nous nous inspirons du Forum de São Paulo.

C’est pourquoi nous nous engageons à organiser un deuxième Forum européen des forces de gauche, vertes et progressistes qui devrait avoir lieu en 2018. Pour ce faire, nous établirons un groupe de travail technique, composé de représentant-e-s des diverses forces ayant participé à ces deux jours, qui en consultation avec les organisations présentes ici proposera le format de la deuxième édition. Le but du prochain Forum est de continuer et approfondir le travail initié cette année et d’élargir la participation.

05_

Oxi ! Basta ! Enough ! Construisons une autre Europe !

Non à l’austérité, à la pauvreté, au TTIP, au racisme et à la corruption Oui à la solidarité sans frontières.
Arrivée des Marches Européennes et Journées d’actions du 15 au 17 octobre 2015, Bruxelles.

03_

En Grèce, la population a dit Oxi ! Non ! Un Non ! aux exigences cruelles et irraisonnables pour plus d’austérité et d’appauvrissement. Dans toute l’Europe, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour soutenir le peuple grec – en ayant conscience que soutenir leur lutte c’est défendre nos droits partout en Europe.
Les élites européennes, au nom du profit et de la compétitivité, s’attaquent à la justice sociale, à la démocratie, au climat et font de l’Europe un terrain de jeu pour leurs propres intérêts. Ils usent du chantage et humilient toutes celles et ceux qui résistent, ils utilisent la peur, le nationalisme et la division raciste pour gouverner, et prétendent qu’il n’y a pas d’alternatives.
Pourtant, nous construisons des alternatives au travers de nos luttes nombreuses et variées.
Développons la solidarité sans frontières, notre force réside dans un OXI ! Basta ! Enough ! Européen. Construisons une autre Europe maintenant !

PDF à télécharger : appel octobre 2015 :

04_